Tag Archives: bonheur

Eté

23 Juin

21 juin 2009

Dans le calme de ma campagne, tranquillement installée dans le petit cercle de buis, j’ai célébré mes dieux. Offrandes brûlant dans mon chaudron, pas de feu au sol, la saison ne s’y prête pas. Petit bûcher funéraire des offrandes de l’année, fleurs séchées sur mon autel, des graines et des fruits racornis, des coques de noix, tous offerts au feu, célébration du soleil. Embaumée par les graines d’anis étoilé, la fumée s’est répandue dans mon cercle avant de filer droit vers le sud où se consumaient trois bâtons d’encens orangé. Alors le ciel a laissé partir les nuages qu’il retenait et le chant des grillons a salué les dernières flammes.

solstice-été_2009

22 juin 2009

La journée s’étire, délicieusement interminable, clarté triomphante des longs jours. Gloire à la lumière chantent les martinets qui s’engouffrent entre les immeubles, frénésie aérienne à la gloire de l’été. Vite ils son venus et vite ils partiront. Revenez encore enchanter notre ciel urbain de votre vie fulgurante, encore et à jamais dans ma brièveté « explosive » de votre séjour.

Derrière les verres clairs mes nouvelles lunettes j’écris, et je souris de contentement en souvenir des buis qui sont enfin taillés. On peut à nouveau descendre l’allée qui relie le verger à la maison sans se contorsionner. Odeur extraordinaire et bruit extraordinaire, tailler les buis est une expérience charnelle, enveloppante. La cisaille est rapidement ralentie par la sève riche des feuilles et des rameaux. Il faut faire corps avec eux pour vérifier l’alignement, les étreindre et se laisser envelopper par leur âcreté. Ensuite, ramasser les feuilles en épaisses brassée et les conduire au fond du verger, les répandre en couche épaisse sur le carré d’orties qui a un peu trop pris ses aises. Il faudra du temps pour qu’elles réussissent à vaincre ce vert manteau et seront redevenues plus raisonnables si nous restons vigilants. Les noces de buis sont finies pour cette année mais restent les embrassades pour toute l’année.

spirales de fer et de goudron

15 Mar

Le temps tourne et les fils de fer s’enroulent pour former des spirales et des bracelets.

p1010006

et comme j’ai de la chance  mon compagnon apprécie mes « ferrailleries » , mieux : il les porte en public.

Il m’a emmené aujourd’hui faire un tour sur la Côte Sauvage à côté de Royan, le temps était magnifique, l’eau très fraiche (mais vraiment très fraiche, glagla les orteils). Nous avons pu admirer les surfeurs locaux arpenter les verts rouleaux de l’Atlantique tel Dylan né de la neuvième vague, prêts à voir surgir les blancs chevaux marins.

Mais non, nous n’avons vu passer sur le sable que des chars à voile et puis peut être, mais je les attends avec une telle impatience que j’ai pu voir ce que j’espérais, une hirondelle fendant l’air par dessus les dunes.

p1010036

Spirales et retours vers les horizons aimés, qui peut resister à la beauté de l’océan, à sa puissance. Entendre ses grondements c’est être happé par leur puissance, la conscience entre dans une espèce d’expansion, de dilatation, une dissolution, une acceptation d’appartenir à un tout, à un mouvement, un tourbillon d’énergie et de vie. Nos corps gorgés d’eau doivent aussi connaître leurs marées fantastiques, j’étais persuadée que Rimbaud avait écrit  » Ô que ma quille éclate! Ô que je retourne à l’eau!  » mais non c’était :  » Ô que ma quille éclate ! Ô que j’aille à la mer !* « . Le sentiment change avec les mots qui le définissent. Je préfère cet abandon devant l’incommensurable à  l’anéantissement, la certitude que nous pouvons aller au-delà de nous mêmes, atteindre nos vérités par et au delà de nous mêmes, nous ne sommes pas rien aux regards de l’Univers, nous sommes l’Univers. Les lisières de l’Océan me rendent très humble et très présomptueuse. Bien fait pour moi, mon nez a écopé de son premier coup de soleil de l’année

royan_21-octobre-2007-018 Merci cher compagnon d’être encore venu marcher avec moi vers les mêmes plages .