Archive | souvenir RSS feed for this section

A contre temps

16 Sep

Merveille d’entre les merveilles : chaque année quand fleurissent les tilleuls j’ai à nouveau 12 ans.

P6060014

Douze ans : année de passage pour la jeune fille que j’ai été. Fini le catéchisme et les bondieuseries sous la croix. A moi Wagner et les Walkyries, à moi les nuits douces d’un interminable été à venir. Avant 16 ans l’été contient 2 mois de plus que le temps annuel imparti aux adultes sans imagination, fraude totale sur le calendrier à l’usage des plus jeunes. Combien de mois a une année lorsqu’on a 6 ans? Au moins 30 et c’est à peine suffisant.

Le parfum des tilleuls m’attend en juin et me grise chaque année avec les mêmes délices. Ce sont les roses qui ouvrent le bal et puis les seringats, enfin les tilleuls.

Ô mère de l’humanité, suave tilleul, tes bras se penchent jusqu’à nous pour envelopper avec tendresse.

P5280002

Aujourd’hui il pleut et les dernières hirondelles nous quittent. Bon voyage, revenez nombreuses enchanter les cieux et nos coeurs.

Au fil de la route : Pontlevoy – 41

10 Nov

Au retour d’un magnifique (et trop court) séjour dans la forêt d’Orléans, nous avons regagné Poitiers via les routes nationales et départementales. Tout d’abord parce que l’automne est magnifique à parcourir à travers les régions qui se succèdent mais aussi parce que nous pensions que le trajet serait moins éprouvant que par l’autoroute. Une fois de plus, nous avons pu constater que chaque choix cache une surprise. C’est ainsi que nous avons brièvement parcouru la ville de Pontlevoy (41) et découvert son champ de foire, le mémorial en l’honneur du créateur de la race ovine de la Charmoise :

buste d'Edouard Malingié

buste d'Edouard MALINGIE

une charmante et inattendue bibliothèque scolaire aux armes franc-maçonnes :

pontlevoy-ecole1

et quelques frayeurs mécaniques.

Ce qui devait à l’origine être une « micro » halte de 5 minutes, s’est transformée en une attente d’une bonne heure et demie. Au moment fatal du départ, lorsque la clef a tourné dans le contact, il n’y a eu pour seule réponse qu’un petit « clic » suivi d’un grand silence. Très net le silence, et apparemment très définitif. Mon chauffeur préféré a même réessayé pour être sûr, et nous avons obtenu la même réponse : « clic ».

Heureusement les cieux sont demeurés cléments pour les pauvres voyageurs dénués de tout sens mécanique, on soupçonnait quand même un  problème d’électricité, une fantaisie de la batterie et sûrement pas l’alternateur tout neuf greffé de jeudi sur notre vénérable Visa. Les habitants de Pontlevoy sont serviables et sympathiques et  grâce aux indications d’un gentille dame nous nous sommes rendus au garage le plus proche. Faites comme nous, essayez de tomber en panne à 500 mètres d’un garage. La chance était quand même avec nous car il n’a pas plu tout le temps de nos pérégrinations.

Arrivés devant le garage, il est 13h05 et s’il est fermé le lundi matin il doit ouvrir ses portes à 14h00. Nous scrutons la vitrine à la recherche d’un message indiquant que le garage est fermé à l’occasion du pont du 11 novembre … non, rien. Ouf! Un peu rassurés nous remontons la rue nous réchauffer devant une tasse de café. 13h36 : nous quittons le café, un petit crochet par le champ de foire où nous attend la voiture pour tenter une nouvelle fois notre chance : « clic ». 14h00 : nous sommes depuis 10 minutes devant le garage. Le vent est de plus en plus frais et de plus en plus énergique. Le chien qui dort dans la vitrine du bureau semble irradier un très net sentiment de supériorité en nous lançant un regard (faussement) nonchalant. 14h05, 14h10, toujours personne. Je remets  mon chapeau et j’enfonce fermement les mains aux fonds de mes poches, le vent est très persuasif et je le soupçonne également de manifester un fort sentiment de supériorité. Les pannes automobiles me rendent parano, j’en ai bien peur.

Heureusement un employé municipal travaillait au foyer rural de l’autre côté de la rue et mon cher chauffeur, écoutant son instinct, est allé lui demander si le garage ouvrait bien en lundi 10 novembre. Ce monsieur très gentil, dont nous ignorons malheureusement le nom, nous a très gentiment aidé à redémarrer notre voiture (un problème de cosses de batterie) et expliqué la manœuvre (simple au possible, il faudra vraiment qu’au moins un de nous deux se décide à prendre des cours de mécanique) si le « clic » refaisait des siennes.

Autant dire que nous avons fini le voyage en rentrant directement.

Cher monsieur qui nous avez secouru  : encore merci!

Mariage d’automne

9 Oct
Encore une fois : vive les mariés !
mariage automne

Et comme c’est aussi un blog d’aiguilles, voici le cadeau commis par mes petites mimines :

coussin brodé

très automnal (bon d’accord, j’aime le orange et je ne rate pas une occasion d’en mettre un peu partout), avec les initiales des deux mariés, les motifs viennent de vavipetitmonde qui propose des modèles superbes et que je remercie de  partager avec nous si gentiment.

Au boulot!

15 Jan

L’année 2008 sera celle des réalisations manuelles, enfin pour ce qui me concerne ^^

Des envies fusent parmi mes neurones : tricot, couture, broderie, pâte Fimo, cabanes à oiseaux, pièges à vent, flèches à voeux et tout ce genre de choses.

au_boulot.jpeg

 

 

Mais il faut bien commencer, donc commençons par protéger nos mimines en leur tricotant des mitaines, le plus simple possible : un rectangle en jersey avec un emplacement pour le pouce, dans une jolie laine toute douce et le tour est joué! Un essai immédiat car le temps pluvieux rend mon bureau glacial. Ça y est! je les aime et je ne veux plus les enlever!

 

En fait j’avais acheté la laine pour me faire une écharpe avec un tricotin géant mais après plusieurs essais (un peu moins catastrophiques pour finir) j’ai décidé d’attendre un peu (d’être beaucoup plus zen) pour une nouvelle tentative et avec une autre laine, plus épaisse celle-ci. La grande compulsive que je suis n’a pas pu résister à l’idée d’avoir un tricotin géant avec une manivelle !!! Il faut bien dire qu’elle est chouette la manivelle, en plus, et quand on a enfin compris le système, on peut tricoter sa laine en rond ou en long

Mais comme je voulais absolument mes mitaines, j’ai ressorti mes aiguilles et …

tricot2.jpg et puis …. tricot1.jpg … et alors, tintintintiiiiin : mitaines.jpeg victoire, me voilà les mains au chaud.
Mais je ne renonce pas à mon tricotin géant, il va aller patienter en haut de ma commode le temps de trouver la laine adéquate et le projet auquel je ne pourrai bien sûr pas résister, et hop! en avant la manivelle ! De toute façon j’ai de trop bons souvenirs des tricotins faits maison avec des bobines en bois et des clous à tête d’homme.