Archive | humeur qui pique RSS feed for this section

Fête des mères

26 Mai

La fin du monde, ce n’est plus ce que c’était. Il faut en convenir. Tenez là, la micro apocalypse climatique promise pour hier, les bourrasques fatales, les déferlements de pluie, le grondement des cieux déchirés et tout ça, hé bien … que dalle! Parfaitement : que dalle!

C’est comme ma pauvre mère qui se désole de ne pas être en train de mourir de la peste porcine (le nom de code de ces grippes! on dirait une bataille navale délétère). Un truc aussi horrible, elle qui a tant de malheurs, c’est quand même scandaleux de ne pas l’avoir contracté! Je ne pense pas qu’elle me pardonnera de lui avoir demandé depuis quand elle connaissait des cochons qui passaient leurs vacances au Mexique. Je l’ai bien vu au fond de ses yeux et surtout à la ligne de ses mâchoires qu’elle ne trouvait ça pas drôle du tout. C’est vrai que ce n’est pas drôle, mais son obsession à être plus malade que les autres me tape parfois sur le système et je manque alors de subtilité.

Mais tout n’est pas perdu. Il a fait assez chaud et humide pour que les moustiques soient de retour. J’envisage de m’arracher la peau des chevilles si je ne mets pas la main rapidement sur le flacon de Moustitruc. Avec un peu de chance, un moustique piquera  ma mère  et elle aura tout loisir d’espérer une infection ou qui sait avec le réchauffement climatique, une crise de paludisme.

Cela lui rendra peut être le sourire.

aaaaaaaaaaaaaaah!

30 Mar

et  je le confirme : aaaaaaaaaaaaaaah!

L’alimentation de mon Pc vient de lâcher et je n’ai pratiquement aucune sauvegarde de mes fichiers. Presque  toutes mes photos sont dessus : autant dire que j’en ai des sueurs froides!

En attendant de trouver un nouveau bloc électrique compatible avec mon ordinateur, je pianote sur le super gadget qui m’a fait craqué ce mois : l’EEPC 900 d’ASUS.   Et je peux également compter sur la connexion wifi de mon cher compagnon qui a la gentillesse de me laisser squatter sa bande passante. Il est drôlement mimi,non?

Demain la course commence!

J’.mm.rd. le réchauffement climatique …

31 Jan

… et non , je ne veux pas planter d’olivier dans mon jardin charentais. J’avoue, j’ai parfois envie de jeter des cailloux dans les  fenêtres des propriétaires d’oliviers de la région. Et même d’allonger une torgnole au snobinard trémoussant qui roucoule : « c’est extraaaaoooooordinaire! Cette année il nous a fait 2 olives! »

N’allez pas croire que je n’aime pas l’olivier, c’est un arbre magnifique. Magnifique sous les cieux du Sud, il enchante les campagnes méditerranéennes avec sa silhouette extraordinaire. Mais ici, non! La lumière n’est pas la bonne, la terre est peut être acceptable pour ses besoins, mais le climat! Le climat! Avant qu’il lui permette de devenir endémique, les banquises auront tellement fondues que nous aurons de l’eau par dessus la tête dans mon jardin.

Autant planter des palétuviers.

Mais de tout façon j’ai donné mon coeur au frêne.