Archive | octobre, 2008

Je suis le blé d’hiver

31 Oct

Au passage de l’année, le temps se met au diapason. Vent d’Est, vent du Nord, froidure et pluie, neige aux marches limousines, doigts gelés dans les poches.

Réjouissons-nous, Celtes, la nouvelle année approche, comme la nuit engendre le jour, les jours sombres préparent ceux de la lumière. Mais il faudra d’abord s’arrêter pour écouter le monde autour de nous et puis s‘arrêter pour s‘écouter.  Se retrouver face à soi, sans masque, pour essayer de comprendre nos peurs et nos souffrances, les laisser entrer pour qu’elles ne rôdent plus autour de nos cœurs vacillants. Enfin, les faire siennes pour ne plus être désarmé, perdu. Pour pouvoir les assimiler, les digérer et aller vers notre lumière en toute connaissance de soi.

Travail incessant que la conquête de son existence, à travers l’enfance, l’adolescence, la maturité et au-delà. Nous sommes les Sisyphes de nos vies, pour que le boulet de nos angoisses devienne les roues qui nous emportent. Les fers de nos chaînes doivent devenir l’acier de nos moteurs. Plus fort parce que plus humble.

L’humilité n’est pas l’abjecte soumission aux forces supérieures, non c’est reconnaître tout ce que nous valons, tout ce que  nous voulons, tout ce qui nous reste à accomplir. C’est reconnaître que nous sommes en devenir. Nous sommes peu de choses face à l’Univers, mais nous ne sommes pas insignifiants, nous sommes Tout, tout ce que contient l’Univers est également en nous.

Comme la graine qui dort dans la Terre, nous naîtrons dans l’ombre puissante, épaisse, nourricière, pour grandir et monter vers la lumière. L’Air puissant nous appelle et nous voulons le rejoindre pour pouvoir nous y épanouir. Étendre les bras au plus loin, le Feu parcourant nos veines. Nourris par l’Eau du Temps, qui nous emporte et nous fait évoluer.

Nous sommes l’avant-Taliesin, nous sommes le grain avalé par Cerridwen, choyé, transmuté par sa chaleur et sa puissance, attendant de retrouver la lumière.

Chasse sauvage des nuages dans le ciel de ce dernier jour d’octobre, j’irai graver un bâton en ton honneur, comme pour chaque fête, et plus tard nous irons le planter dans la clairière, symbolisant notre respect pour la grande roue du Temps.

Ce soir, nous regarderons dans les miroirs de notre âme, et si nous ne sommes que nous, du moins, nous sommes!

Mariage d’automne

9 Oct
Encore une fois : vive les mariés !
mariage automne

Et comme c’est aussi un blog d’aiguilles, voici le cadeau commis par mes petites mimines :

coussin brodé

très automnal (bon d’accord, j’aime le orange et je ne rate pas une occasion d’en mettre un peu partout), avec les initiales des deux mariés, les motifs viennent de vavipetitmonde qui propose des modèles superbes et que je remercie de  partager avec nous si gentiment.